Publier une fois par jour sur Linkedin : quels effets pour son profil ?

Immersion : pendant un mois, notre co-fondateur Thomas Schenck a publié une fois par jour sur LinkedIn. Nous restituons les résultats de cette expérience rédigé à la première personne. 

J’ai publié une fois par jour sur LinkedIn pendant le mois de février 2022 afin de mesurer l’impact sur mon profil LinkedIn.

Contexte pour poster sur LinkedIn tous les jours

Je n’en suis pas à mon coup d’essai sur LinkedIn. Je publie régulièrement sur ce réseau social depuis la fin de l’année 2020 et j’y ai structuré une stratégie de communication sur l’ensemble de l’année 2021. Mais début 2022, j’ai décidé qu’il était temps de mettre le pied sur l’accélérateur et de me réinventer, quitte à prendre des risques. C’est pour cette raison que je me suis lancé dans un challenge : publier tous les jours sur l’ensemble du mois de février 2022.

Je me suis fixé les conditions suivantes :

  • Publier une fois par jour, quelle que soit l’heure de publication, même le samedi et le dimanche
  • Choisir autant que possible des heures aléatoires
  • Commenter 5 publications par jour pour participer au débat
  • Ne retirer aucune publication, même celles qui feront un like et 200 vues
  • Continuer jusqu’au bout, même si je n’ai plus du tout d’engagement et que la portée de mes posts s’effondre complètement

Avant de publier mes premiers posts sur le mois de février 2022, il m’a semblé nécessaire de faire quelques ajustements sur mon profil LinkedIn. A ce stade, je ne savais pas du tout à quoi ressembleraient mes statistiques LinkedIn au terme des 28 jours du mois de février. Mais quitte à se lancer ce défi, autant ajuster mon profil LinkedIn et y apporter quelques corrections. Je me suis-je donc posé deux questions :

  • Que devais-je modifier pour avoir un bon profil LinkedIn ?
  • Faut-il mettre le bouton « S’abonner » à la place du bouton « Se Connecter » ?

Comment avoir un bon profil Linkedin ?

1. La phrase d’accroche de mon profil Linkedin

La première chose à faire était de modifier la phrase d’accroche de mon profil. Jusqu’à présent, j’y avais listé l’ensemble de mes activités professionnelles. Cela ressemblait donc à cela :

« Entrepreneur / Stratégie SEO / Personal Branding / Professeur vacataire Neoma Business School – Esupcom / Conférencier »

En soi, rien de mal à cela, mais il était temps de quitter cet inventaire à la Prévert pour transformer cette phrase. Il faut bien se dire que cette phrase d’accroche de votre profil permet à vos lecteurs de comprendre en deux secondes ce que vous pouvez faire pour eux. Je me suis donc concentré sur la seule et unique activité qui importe, celle de co-fondateur d’une agence de communication digitale, et mon souhait a été de capter votre attention avec une phrase simple :

« Je vous aide à être visible sur internet et les réseaux sociaux : référencement SEO et communication LinkedIn »

J’aurais pu ajouter le fait que l’agence en question s’appelle Connecto, mais cela m’a semblé secondaire, la priorité étant de faire comprendre mon métier.

Avoir un bon profil LinkedIn

J’ai changé la phrase d’accroche de mon profil LinkedIn pour quelque chose de compréhensible en deux secondes.

2. La bio de mon profil LinkedIn

La phrase d’accroche d’un profil LinkedIn est une chose, mais la bio en est une autre : elle laisse beaucoup plus d’espace pour vous présenter comme vous le souhaitez et en la matière, on ne peut pas dire qu’il y ait de solution ultime. Cela dépend de votre notoriété et de vos objectifs. D’ailleurs, si vous ne savez pas comment rédiger votre bio LinkedIn, vous pouvez faire appel à une agence comme Connecto qui saura vous aider à avoir un bon profil LinkedIn.

Pour revenir au sujet, jusqu’en janvier 2022, ma bio de profil LinkedIn était un storytelling qui relatait mon parcours professionnel. J’ai tendance à croire qu’elle était plutôt réussie puisqu’elle m’avait valu entre autres une invitation dans un podcast. Mais dans la mesure où j’allais cette fois-ci poster sur LinkedIn une fois par jour pendant un mois, il fallait essayer autre chose.

Je suis donc parti du principe suivant : sur LinkedIn, votre profil est comme une page de vente, il doit permettre aux visiteurs de comprendre votre métier et d’avoir envie de travailler avec vous. Pour suivre une stratégie cohérente, j’ai donc adapté ma bio LinkedIn pour qu’elle soit en cohérence avec ma phrase d’accroche, ce qui me permettrait d’avoir un bon profil LinkedIn, cohérent et documenté.

Si vous voulez comparer, nous avons publié mes deux biographies de profil LinkedIn ici.

Avoir un bon profil LinkedIn

Ma nouvelle bio LinkedIn est beaucoup plus courte et va droit au but

3. Ajouter le bouton « S’abonner » à mon profil LinkedIn ?

Toujours dans la logique d’avoir un bon profil LinkedIn, il restait une décision délicate à prendre : fallait-il rester sur le bouton « se connecter », ou passer au bouton « s’abonner » et donc passer au mode Créateur de LinkedIn ?

Le bouton « s’abonner » me semblait réservé aux vrais influenceurs de 15 à 20 000 abonnés, j’étais donc dubitatif. Mais en réalité, il ne fallait pas se concentrer sur le seul bouton « s’abonner » mais bien comprendre une chose : ce bouton est actif lorsque vous passez au Mode Créateur sur LinkedIn. Avec le mode créateur, vos posts les plus récents sont affichés dans votre profil et dans la mesure où j’allais publier à une fréquence très régulière, il semblait pertinent de migrer vers le mode créateur. Dans le pire des cas, je pourrais encore rebasculer sur un profil classique si je le souhaitais. D’ailleurs, à ce stade, je ne savais pas du tout si le fait de basculer en mode créateur s’avérerait utile ou pas.

Avoir un bon profil LinkedIn

En passant au mode créateur, vos posts LinkedIn les plus récents s’affichent dans votre profil.

 

4. Combien de temps pour avoir un bon profil LinkedIn ?

Dans l’ensemble, ce travail de recherche et de rédaction a certainement nécessité deux à trois heures. Mais quand vous débutez votre communication sur LinkedIn, il est essentiel d’avoir un bon profil LinkedIn car comme je l’ai mentionné, c’est votre profil qui aide votre audience à se décider si elle estime que vous êtes un professionnel fiable et s’il semble pertinent de travailler avec vous. Prenez soin de votre profil LinkedIn et veillez également à ce que votre parcours professionnel soit à jour. Ce sont des fondations essentielles qui vous permettront de réussir votre communication sur LinkedIn.

Vous souhaitez développer votre marque et votre business sur LinkedIn ? N’attendez plus, contactez-nous !

Statistiques LinkedIn : comparatif entre 2021 et 2022

Quand on veut publier sur LinkedIn, encore faut-il pouvoir en mesurer l’impact. Voici les statistiques LinkedIn après avoir publié une fois par jour en février 2022.

Au contraire d’une campagne d’affichage dont les résultats peuvent être difficiles à mesurer, l’intérêt d’une stratégie de communication digitale est qu’elle est totalement mesurable. Encore faut-il poser les bons indicateurs pour savoir ce qu’il faut mesurer. Dans le cadre de ma stratégie de communication consistant à publier sur LinkedIn une fois par jour pendant un mois, l’objectif était surtout d’établir dans quelle mesure cela pouvait fonctionner : le nombre de vues de mes posts allait-il s’effondrer ? Allais-je gagner de nouveaux abonnés ou au contraire perdre des abonnés qui se lasseraient de me voir en permanence dans leur fil d’actualité ? La portée de mes posts allait-elle s’effondrer ? J’avais bien formulé quelques hypothèses à ce sujet mais cette fois-ci, nous allions en avoir le cœur net. Et pour bien mesurer l’impact positif ou négatif de cette initiative, encore fallait-il avoir une base de comparaison cohérente. J’ai donc choisi de comparer les stats de février 2022 avec deux autres points de comparaison : mes statistiques LinkedIn de février 2021 (soit un an auparavant), et mes statistiques LinkedIn de janvier 2022, c’est-à-dire le mois précédant le début du challenge.

1. Les statistiques LinkedIn de février 2021

En février 2021, je commençais à comprendre le fonctionnement de LinkedIn. Faire un bon post LinkedIn, savoir quand publier sur LinkedIn, cela faisait partie des choses que je commençais tout juste à comprendre. Si l’on regarde les statistiques LinkedIn de février 2021 aujourd’hui, elles sont plutôt modestes :

  • 3 posts LinkedIn
  • 5 949 vues
  • Nombre de vues du meilleur post : 2 398 vues

Cela fait moins d’un post par semaine, ce qui est faible. Ce sont des stats qui seront battues dès mon premier post du mois de février 2022, mais elles ont au moins le mérite de poser un premier point de comparaison et de mesurer les progrès accomplis. Soit dit en passant, toutes les stats sont relevées avec le logiciel Shield.

Nombre de vues sur Linkedin en février 2021

Fréquence de publications sur Linkedin en février 2021

Meilleurs posts LinkedIn en février 2021

2. Les statistiques LinkedIn de janvier 2022

Mes statistiques LinkedIn de janvier 2022 offrent un point de comparaison plus intéressant : en 2022, j’ai décidé de publier plus régulièrement et j’ai essayé de publier environ trois fois par semaine sur LinkedIn en janvier 2022. Les statistiques LinkedIn de ce mois de janvier 2022 sont plus solides :

  • 12 posts LinkedIn, soit un post tous les 2.58 jours en moyenne
  • 27 158 vues au total, soit environ 2 263 vues en moyenne par post
  • Nombre de vues du meilleur post de janvier 2022 : 9 583
  • Evolution du nombre d’abonnés : 112 nouveaux abonnés, pour un total de 2 462 abonnés en fin de mois.

Nombre de vues LinkedIn janvier 2022

Fréquence de publications LinkedIn janvier 2022

Nombre d'abonnés LinkedIn 2022

En matière de statistiques LinkedIn, tout peut être analysé : le jour de publication, le nombre d’abonnés etc.

Je publie ci-dessous les chiffres du top 5 de mes posts sur janvier. Avec un pic totalement inattendu à près de 10 000 vues sur mon meilleur post, il me semblait avoir fixé une barre relativement haute pour la suite. Si j’atteignais 30 000 vues en février, je battrais mes scores de janvier, certes. Mais ce ne serait pas du tout intéressant, car je serai amené à créer deux fois plus de contenu sur février. Donc ces stats LinkedIn de janvier 2022 me permettent de poser une réflexion : pour que le test de février 2022 soit une réussite, il faudrait que je multiplie mes stats par 2 par rapport à janvier pour prouver qu’il y a un vrai impact. Sinon, il faudrait analyser ce qui a causé les mauvais résultats de février et essayer de les rectifier.

Top 5 posts LinkedIn janvier 2022

3. Le bilan de février 2022

Nous arrivons donc à février 2022. Sans savoir comment mon expérience va tourner, le démarrage est excellent puisque mon premier post finira à plus de 6000 vues. De quoi enterrer tout de suite les stats de février 2021. Il y aura bien sûr des flops et d’autres posts qui fonctionneront très bien. Et finalement, les statistiques LinkedIn au terme du mois de février 2022 sont plutôt bonnes :

  • 28 posts LinkedIn, soit un par jour (ce qui n’a pas été si facile)
  • 84 237 vues au total
  • Nombre de vues du meilleur post LinkedIn de février : 24 884 (même pas 25 000…)
  • Evolution du nombre d’abonnés : 293 nouveaux abonnés pour un total de 2785

nombre de vues LinkedIn février 2022

Fréquence de publications LinkedIn février 2022

Top 5 posts LinkedIn février 2022

Au niveau des chiffres bruts, le bilan est donc excellent. J’ai multiplié par trois ma visibilité et obtenu deux à trois fois plus d’abonné sur la période. Il y a bien sûr eu des posts LinkedIn qui n’ont pas du tout fonctionné, comme nous le verrons juste après. Mais dans l’ensemble, au regard des stats, je peux dire que sur le plan de la visibilité, l’expérience a largement dépassé mes attentes. D’ailleurs, en supposant que je poursuive ce rythme pendant un an, cela signifierait que je serais en mesure de dépasser un million de vues sur douze mois.

Analyse des statistiques LinkedIn de chaque post

Je m’étais engagé à conserver TOUS les posts du mois de février, quelles que soient leurs stats. Voici un rapport détaillé sur les posts LinkedIn qui ont marché. Ou pas…

Qu’est-ce qu’un bon score pour un post LinkedIn ?

Dans la partie précédente, j’ai commencé à aborder le nombre de vues en publiant notamment les statistiques du top 5 de mes posts LinkedIn du mois de février 2022. Avec un pic à environ 25 000 vues sur un post, il y avait de quoi être satisfait. Mais la réalité de LinkedIn doit être nuancée : pour UN post qui décolle comme cela, vous aurez de nombreux posts LinkedIn qui feront des scores plus réalistes. D’ailleurs, je l’avais déjà vérifié en janvier avec un pic à environ 10 000 vues, les autres posts ayant des scores plus « normaux ». En l’occurrence, en publiant une fois par jour, j’ai vite constaté qu’un bon score pour l’un de mes posts se situait au-dessus de 2 000 vues, et qu’un très bon score commençait à 3 ou 4 000 vues.

Profitons-en pour casser une idée reçue : vous pensez certainement que les meilleurs influenceurs LinkedIn font en permanence 100 000 vues par post ? C’est peu probable : c’est la régularité qui leur permet d’afficher des scores de plusieurs millions de vues par mois ou par an. Lorsque vous avez 10 000 abonnés et que vos posts font environ 10 000 vues chacun, cela fait 300 000 vues par mois, et environ 3.6 millions par an. Ils jouent sur une échelle nettement plus élevée, et plus votre communauté grandit, plus vos statistiques LinkedIn iront vers les sommets. La régularité est donc une clé pour vous permettre de développer votre visibilité. En ce qui me concerne, voici le tableau du nombre de vues de chacun de mes posts LinkedIn :

Forcément, le pic de 25 000 vues donne l’impression que tous les posts ont eu un impact très faible. Ce n’est pas le cas, puisqu’ils ont globalement oscillé autour des 2 000 vues, ce qui est un score plutôt correct. Nous publions aussi en annexe le nombre de vues LinkedIn de tous mes posts de février 2022.

Statistiques posts LinkedIn

Les statistiques LinkedIn sur ce graphique détaillent le nombre de vues de chaque post.

Certains posts LinkedIn ont fait un bide : pourquoi ?

Cela n’est pas mesurable sur le graphique publié ci-dessus, mais sur 28 posts LinkedIn, j’en dénombre 7 qui ont fait moins de 1 000 vues, ce qui était mon critère pour définir un post LinkedIn raté, en tout cas selon mes critères. Car n’oublions pas que votre situation sur LinkedIn n’est pas forcément la mienne et certains d’entre vous considéreront que faire 2 000 vues est un bide, car vous avez 10 000 abonnés. N’oubliez pas que cette expérience est un cas pratique, pas une vérité absolue. Si vous avez besoin d’être conseillé, vous pouvez faire appel à une agence comme Connecto pour vous aider à construire une stratégie sur les réseaux sociaux.

Pour revenir au sujet, il n’y a pas de réponse absolue concernant les échecs de mes posts. J’ai tout de même constaté que les posts parlant de référencement naturel (SEO) sont ceux qui ont le moins bien fonctionné, certainement parce qu’ils parlent à une audience plus limitée et qu’ils peut-être avaient une vocation un peu plus commerciale. Etaient-ils nuls ou mal rédigés ? Dans l’absolu, non. Je vous montre ici un post où j’ai fait le lien entre référencement naturel et la Tour de Pise. Il était ludique mais n’a pas trop fonctionné, c’est ainsi. Certains posts qui n’ont pas fonctionné sont parmi ceux sur lesquels j’ai passé le moins de temps de préparation, mais cela ne veut rien dire. J’ai passé beaucoup de temps sur des posts qui ont fait un flop également, là n’est pas la question. Mais en prenant un peu de recul, je constate que les posts LinkedIn qui n’ont pas marché réunissaient au moins l’un de ces critères :

  • Ces posts parlaient de référencement naturel, avec une vocation un peu commerciale.
  • Ou alors, ils étaient très court et manquaient de matière
  • Ou ils étaient mal construits

Pour vous montrer qu’il n’y a pas de réponse absolue, on peut ici comparer deux posts LinkedIn de 5 à 6 lignes. L’un a fait 3 000 vues, l’autre fait péniblement 800 vues :

nombre de vues LInkedIn

Avec seulement 3 lignes, ce post LinkedIn génère 3000 vues un dimanche. Preuve que publier le week-end peut fonctionner.

 

nombre de vues LinkedIn

Au contraire, ce post publié en semaine fait moins de 1000 vues. Un beau loupé !

Des posts LinkedIn qui marchent bien plus que prévu ?

S’il y a eu des bides dans ma communication LinkedIn, il y a aussi eu des surprises très positives. J’ai parlé de posts métier (c’est-à-dire des posts qui parlent de nos métiers : le référencement SEO, la stratégie digitale et la communication sur les réseaux sociaux), et ceux sur le référencement n’ont pas marché. Mais dans cette thématique, j’ai également eu de belles surprises. Je pense en priorité à un post intitulé « Les 9 niveaux que vous devez franchir en stratégie digitale ». J’attendais péniblement 1 200 vues de ce post mais contre toute attente, il s’est hissé dans le top 3 de mes meilleurs posts avec plus de 4 200 vues, preuve que vous pouvez faire des posts métier qui trouveront une forte audience. Mon 5ème meilleur post du mois est également un post métier, mais c’était un peu plus prévisible car il donnait quelques conseils pour réussir sur LinkedIn : les posts qui parlent de comment fonctionne LinkedIn ont généralement du succès.

Une autre surprise vient de mon quatrième meilleur post LinkedIn. Ce post publié un samedi parlait du fait que je n’allais rien faire de la journée, étant trop fatigué pour travailler ; Un post très spontané, rédigé en 15 minutes sans la moindre motivation, et que je considère comme l’un de mes plus mauvais posts. Pourtant, il a fait 4 000 vues, preuve qu’il a parlé à une audience et que le message était percutant, quoi que j’en pense.

statistiques LInkedIn

Ce post LinkedIn fait 4 000 vues de manière totalement inattendue.

Quelle conclusion peut-on en tirer ? En fait, bien malin qui saurait dire si un post va faire un carton ou pas. Il y a bien des posts LinkedIn à propos desquels on s’attend à un bon score, et croyez-moi, j’ai fait le maximum (et nous faisons le maximum pour nos clients) pour que tous les posts aient du succès. Mais dans les faits, beaucoup trop de facteurs entrent en ligne de compte pour que l’on puisse promettre que vous allez faire 5 ou 10 000 vues avec un bon post LinkedIn. Et vous ne savez jamais ce qui va plaire à votre audience. Laissez-leur la décision, c’est votre communauté LinkedIn qui choisira ce qu’elle aime ou pas, à vous de publier, d’essayer de surprendre et d’être exigeant lorsque vous créez ou faites créer votre contenu par une agence comme Connecto.

Faire 25 000 vues sur un post LinkedIn, un coup de chance ?

Les détracteurs pourront dire « oui certes, tu as fait 84 000 vues sur un mois, mais un seul post LinkedIn représente à lui seul presque un tiers de ton nombre total de vues LinkedIn ! » C’est exact, et vous pourriez dire que c’est un coup de chance. Mais en publiant une fois par jour, j’au multiplié mes chances d’avoir un post viral. J’ai eu littéralement 28 chances de faire un bon post LinkedIn viral. Sur ces 28 chances, je rappelle que 7 d’entre elles se sont soldées par des échecs cuisants. Et seulement deux posts ont dépassé 6 000 vues, preuve qu’il faut beaucoup d’efforts pour faire un post viral sur LinkedIn. Donc certes, il y a un peu de chance, mais elle n’arrive certainement pas par hasard.

Nombre de vues LInkedIn

Ce post LinkedIn a connu un franc succès. C’était là aussi assez imprévisible, mais la régularité a payé.

D’ailleurs, je vais revenir sur un sujet abordé dans l’épisode 1 : celui de mon passage au mode créateur, et donc au bouton « S’abonner » au lieu du bouton « Se Connecter » sur LinkedIn. Sachez que dans les deux jours qui ont suivi la publication de ce fameux post LinkedIn devenu viral, j’ai gagné près de 75 abonnés. Je me suis retrouvé avec une notification de LinkedIn le dimanche matin indiquant « 54 nouvelles personnes vous suivent ». Aurais-je capté autant de nouveaux abonnés su j’avais conservé le bouton ‘Se connecter » ? Impossible de le savoir, mais cela m’a permis de valider une hypothèse : pas besoin d’avoir 15 000 abonnés pour choisir ce bouton « S’abonner ». Si vous avez aux alentours de 1000 ou 1500 abonnés et que vous publiez régulièrement, cela peut valoir le coup d’essayer.

Pour terminer sur la question de votre visibilité LinkedIn, considérez vos posts LinkedIn comme des tickets de loterie : plus vous en aurez, plus vous aurez de chances de gagner le gros lot. Il n’y a donc pas de problème à publier plusieurs fois par semaine, vous ne savez jamais quand un post LinkedIn peut fonctionner. Nous avions d’ailleurs publié un article qui vous permettra d’en savoir davantage sur quand publier sur LinkedIn en 2022, et les statistiques LinkedIn de ce mois de février le prouvent, il n’y pas de jour ou d’heure « magique ». Certains de mes posts publiés le samedi à 15 heures ont très bien fonctionné, d’autres publiés à une heure dite « idéale » n’ont pas bien fonctionné. Beaucoup trop de paramètres entrent en ligne de compte, et même un post que vous jugez « qualitatif » peut se louper. Un bon post peut fonctionner le dimanche à 18 heures, un mauvais post publiée à une heure soi-disant idéale ne fonctionnera pas mieux. Posez une ligne éditoriale (ou laissez-nous la créer pour vous), et n’hésitez pas à sortir des sentiers battus. Avec du temps, votre stratégie de communication sur LinkedIn portera certainement ses fruits.

Cliquez ici pour consulter mes statistiques LinkedIn complètes du mois de février 2022.

L’impact des commentaires sur Linkedin

Un point sur les vues de profil

Qui a vu mon profil LinkedIn ? C’est la question à laquelle LinkedIn vous répond en vous proposant un graphique qui permet de voir le nombre de vues de votre profil LinkedIn sur les 90 derniers jours. C’est un indicateur intéressant et très sous-estimé. Si vous débutez sur LinkedIn, vous allez peut-être faire plus attention au nombre de vues de vos posts LinkedIn, mais si vous avez un bon profil LinkedIn (un point abordé dans l’épisode 1 de cette série), vous savez que votre profil fonctionne comme une page de vente. Donc plus vous aurez de vues de profil qualifiées, plus vous aurez de chances de trouver des clients grâce à LinkedIn.

Commentaires LinkedIn : ma stratégie

Lorsque j’ai posé ma stratégie de publications pour le mois de février 2022, je me suis également fixé pour objectif de commenter 5 publications chaque jour. En effet, s’il est vivement recommandé de publier sur LinkedIn, rappelez-vous que nous sommes sur un réseau social et que les interactions vont dans les deux sens : si vous n’interagissez pas avec les publications LinkedIn des autres, c’est comme si vous restiez complètement silencieux à un repas d’affaires. Vous êtes présent et vous écoutez tout ce qui se passe, mais personne ne vous entend. Ce n’est pas la meilleure méthode pour que l’on interagisse avec vous. L’idée n’était pas de commenter avec une dissertation de philosophie à chaque fois, mais d’essayer d’enrichir le débat avec mon commentaire LinkedIn, ou de publier quelque chose de léger qui puisse être amusant.

Ma base de comparaison était idéale puisqu’au démarrage de cette expérience, mes statistiques de vues de profil LinkedIn montrent encore que pendant la semaine du 6 novembre, j’ai obtenu seulement 6 vues de profil. Un chiffre logique, puisque je n’avais pas publié pendant 3 semaines, ayant fait le choix de couper de LinkedIn pendant quelques temps.

LinkedIn qui a vu mon profil

6 vues de profil la semaine du 6 novembre. Je partis de très bas, ce qui offre une très bonne base de comparaison.

Commenter pour avoir plus de vues de profil LinkedIn

Au terme du mois de février 2022, je peux affirmer qu’il y a une réelle corrélation entre le nombre de commentaires publiés et le nombre de vues de profil. Le graphique ci-dessous est édifiant : il indique une hausse régulière du nombre de vues de mon profil LinkedIn. La semaine du 2 février, en raison d’une activité déjà soutenue (posts et commentaires), le nombre de vues de mon profil LinkedIn avait atteint 93 vues sur une semaine.

vues de profil février 2022

Plus de 100 vues de profil par semaine en commentant, contre 20 à 40 vues de profil LinkedIn quand je ne commente pas.

Et au cours de la dernière semaine de février, j’ai atteint 235 vues de profil. Il faut noter pour cette dernière semaine que l’explosion du nombre de vues est également liée à un post à la viralité inattendue (25 000 vues). Forcément, beaucoup de nouvelles personnes ont consulté mon profil en raison de ce post.

Mais je peux néanmoins prouver une corrélation, car il faut reconnaître que commenter 5 fois par jour sur LinkedIn n’est pas aussi simple qu’on se l’imagine. Cela demande tout de même un peu de réflexion, et je commentais sur des posts qui m’intéressaient réellement. Je n’ai pas adressé des commentaires au hasard pour le plaisir. Sachez qu’il existe des logiciels qui vous permettront de commenter et liker automatiquement des publications. Il serait d’ailleurs intéressant de tester ces logiciels pour voir leur impact réel. Mais dans le cadre de ce test, cela ne m’a même pas traversé l’esprit. En conséquence, il y a eu des périodes où je me suis montré moins discipliné, et j’ai commenté moins de publications.

Sur le graphique que je publie ci-dessous, la baisse des vues de profil entre le 14 et le 20 février correspond à une période où j’ai beaucoup moins commenté. Et j’avais déjà observé ce phénomène en décembre dernier, pendant une semaine où je n’avais quasiment rien commenté.

LinkedIn qui a vu mon profil

La forte baisse après le 27 décembre correspond à une période où je n’ai pas commenté.

Qui a vu mon profil LinkedIn : des personnes qualifiées

La question que vous poserez à juste titre est certainement : « Oui, mais ces personnes étaient-elles vraiment qualifiées » ? La réponse est oui, mais je tiens à modérer en rappelant que le nombre de vues de mon profil provient de deux sources : les posts LinkedIn que j’ai rédigés quotidiennement ET ma présence régulière en commentaires LinkedIn dans les posts d’autres personnes. J’insiste simplement sur le fait qu’avoir commenté des posts LinkedIn m’a permis de gagner beaucoup plus en visibilité.

Et dans mes vues de profil LinkedIn, j’ai constaté qu’il y avait quatre populations :

  1. Des fondateurs et CEO de PME ou de start-ups : c’est très intéressant car ce sont ces personnes qui sont la clientèle de Connecto sur des projets de référencement naturel ou de communication sur les réseaux sociaux.
  2. Des responsables communication ou des responsables marketing : c’est très intéressant également car ce sont des personnes qui sont soit impliqués dans la stratégie de communication et de référencement naturel de leur entreprise, soit des donneurs d’ordre susceptibles de solliciter Connecto.
  3. Des rédacteurs SEO et copywriters : ce ne sont pas des clients, mais plutôt de potentiels partenaires à qui nous pouvons faire appel pour les projets de nos clients en rédaction web, par exemple.
  4. Des personnes moins qualifiées : il y a forcément des personnes qui ont consulté mon profil et qui ne sont ni des clients potentiels, ni des partenaires potentiels. Ce n’est pas grave, car vous ne pouvez jamais savoir qui va être le promoteur de votre message. Donc si ces personnes veulent me suivre, et indirectement suivre Connecto, cela ne me pose aucun problème, au contraire.

J’estime qu’environ 75% de mes vues de profil LinkedIn étaient ciblées, et qu’environ 50% des personnes qui ont vu mon profil LinkedIn pouvaient correspondre à d’éventuels clients de Connecto. A ce niveau, le test est concluant.

 COmmentaire LinkedIn

1 like et 4 commentaires sur mon commentaire, j’ai des posts LinkedIn qui ont fonctionné moins bien que cela.

Du coup, faut-il laisser des commentaires sur LinkedIn ?

Bien sûr ! Et finalement, c’est logique. Quand vous publiez sous le contenu des autres, c’est comme si vous diffusiez des micro-posts. Il y a des internautes qui lisent les commentaires et qui interagissent avec les commentaires. Vous gagnez donc en visibilité sur LinkedIn à peu de frais, car cela demande toujours moins d’efforts que de rédiger de longs posts.

Si vous débutez sur LinkedIn ou si vous voulez gagner en visibilité sur LinkedIn, n’hésitez surtout pas à commenter. Je suis d’ailleurs persuadé que cela a également eu un impact notable sur l’engagement et le nombre de vues de mes posts LinkedIn, mais c’est très difficile à prouver. Les réseaux sociaux fonctionnent sur le principe de l’échange, alors foncez !

Les erreurs à éviter sur LinkedIn

L’idée de publier une fois par jour sur LinkedIn en février m’est venue dans la seconde moitié du mois de janvier. A ce stade, il n’était pas question de préparer un plan pendant des semaines : simplement se jeter à l’eau pour voir ce que je pourrais apprendre pour renforcer l’expertise de Connecto sur les réseaux sociaux et sur LinkedIn en particulier. Pour être tout à fait honnête, je suis donc parti la fleur au fusil, avec uniquement quelques lignes directrices que j’ai rappelées dans l’épisode 1.

Finalement, j’ai surtout fait deux grosses erreurs qui ont sûrement fait augmenter mon temps de travail lors de cette expérience et qui ont rendu le challenge particulièrement difficile.

Rédaction des post LinkedIn : une coûteuse impréparation

L’erreur la plus grave que j’ai commise est de ne pas avoir rédigé mes posts LinkedIn en avance. Au tout début de l’expérience, j’ai bien passé plusieurs heures à noter des idées de posts et des bribes de textes qui me serviraient à avoir un socle préliminaire à la rédaction de chaque post LinkedIn. J’ai suivi cette méthode car pour mon compte LinkedIn personnel, je peux me permettre le luxe de rédiger quand bon me semble et de publier comme bon me semble. S’il s’agissait de la communication d’un client de Connecto, cela serait totalement inacceptable et nous faisons généralement en sorte d’avoir trois à quatre semaines d’avance. Dans le cas de mon expérience, j’ai atteint les limites de cette méthode, car je n’avais aucune marge d’erreur.

Il m’arrive d’être pris en rendez-vous toute la matinée, et d’enchaîner avec des visios et des sujets plus urgents jusqu’à 16h. Cela signifie qu’à 16 heures, je me disais « mince, je n’ai toujours pas attaqué mon post LinkedIn. » Je n’avais pas la première ligne, ni même la moindre idée du type de contenu qui mérite d’être publié. Cela a donné lieu à des situations où j’ai rédigé des posts dans l’urgence. Ce qui a donné des posts un peu moins clairs, ou qui apportaient moins de valeur. Une fois ou deux, je me suis servi de cette contrainte pour me forcer à rédiger un post LinkedIn en 10 à 15 minutes chrono, un exercice qui s’est avéré particulièrement difficile.

Post LinkedIn

Ce post LinkedIn a été rédigé dans l’urgence vers 16h30, et publié à 17h07. Avec 1 224 vues, il fait un score modeste.

Mais en définitive, ne pas préparer ses posts LinkedIn en amont a surtout occasionné beaucoup de stress, car j’étais souvent pris par cette contrainte à un moment où je pouvais avoir des choses bien plus importantes à faire. Ou même certains jours où je n’avais pas du tout envie de prendre la plume pour rédiger.

En dernier lieu, le fait de ne pas rédiger mes posts à l’avance fait que je n’ai pas pu prendre de recul sur les propos que je tenais. J’aurais pu dire des choses très maladroites. En général, je préfère rédiger un post et y revenir un jour plus tard pour faire preuve du recul nécessaire dans une stratégie de communication digitale. Ici, je n’ai pas pu me le permettre et cela a fait peser un gros risque sur notre communication. En conclusion, rédigez ou faites rédiger vos posts à l’avance. Vous aurez parfois envie de revenir dessus au dernier moment, mais ce n’est généralement pas utile.

Programmer les posts LinkedIn à l’avance

La conséquence de cette impréparation, c’est que je n’ai pas pu programmer mes posts. Il existe des outils comme Swello ou Buffer qui permettent de programmer la publication de vos posts LinkedIn des jours à l’avance. Cela vous permet de prendre de l’avance dans votre communication, et c’est un vrai confort. La réussite de projet de communication digitale repose en grande partie sur l’anticipation et la planification. A ce titre, j’ai servi de parfait exemple car ce manque de préparation et de planification m’a fait perdre du temps et a généré du stress. En programmant mes posts LinkedIn, je n’aurais pas eu besoin de me connecter le samedi et le dimanche au beau milieu de l’après-midi en me disant « il est l’heure de travailler ». Et finalement, cela m’a systématiquement coupé dans ce que je faisais.

Post LinkedIn

4000 vues, une belle réussite pour ce post LinkedIn sans la moindre motivation. Vous ne pouvez jamais savoir ce qui va marcher…

Je pense que ce manque de préparation a entraîné une hausse du temps que je devais consacrer à de projet de communication LinkedIn. Les statistiques LinkedIn que j’ai publiées prouvent que c’est un succès malgré tout, mais à quel prix… Mis bout à bout, je pense que la rédaction, les publications et les commentaires m’ont pris environ une heure par jour, et deux demi-journées au départ du projet pour réécrire mon profil LinkedIn et préparer des idées de posts. Tout n’est pas à jeter car ce travail accéléré m’a permis d’affiner ma ligne éditoriale, mais en travaillant comme cela, j’ai pris de gros risques et je dois admettre avoir accumulé une grande fatigue au terme de ce projet. La conséquence de cette impréparation, c’est qu’en définitive, vous avez toutes les chances d’abandonner si vous vous y prenez ainsi. Et toutes les chances également de voir vos statistiques LinkedIn baisser car vous n’aurez pas pu le temps de vous préparer convenablement.

Programmer post LinkedIn

Un post LinkedIn en cours de programmation.

Préparez votre communication sur LinkedIn !!

Préparez vos posts à l’avance, programmez vos posts à l’avance : voici ce que l’on peut dire pour résumer simplement les erreurs que j’ai faites pendant ce mois de publications LinkedIn. Si vous n’y arrivez pas, faites-vous conseiller par une agence comme Connecto. Ne sous-estimez pas le temps de travail et l’implication que demande le fait de publier régulièrement sur LinkedIn, ou vous risquez d’échouer ou d’abandonner prématurément.

En conclusion : poster sur LinkedIn, bonne idée ?

Après avoir publié une fois par jour sur LinkedIn pendant un mois, y a-t-il un intérêt à poursuivre cet effort plus longtemps, ou ai-je prévu d’arrêter ? En s’appuyant sur la seule donnée du temps de travail et de la fatigue impliquée au mois de février, je serais tenté de dire qu’il vaut mieux arrêter là. Mais c’est oublier que j’ai fait tout cela sans la moindre préparation ni organisation, je me suis donc mis dans les pires conditions possibles pour réussir ce projet. Alors, dans quelles conditions est-il justifiable de continuer de publier tous les jours un post LinkedIn ?

Condition n°1 pour publier tous les jours sur LinkedIn : si c’est rentable

Avec 3 prospects générés sur février et un quatrième le 1er mars, j’estime que c’est un bon résultat. Il faut se rappeler que je n’ai compté QUE les prospects qui se sont manifestés pendant la période de février. En comptant uniquement ces prospects, vous pourriez croire que le résultat est modeste (et cela reste sujet à débat, puisqu’il y a déjà eu une vente conclue), mais il ne faut pas oublier que vos lecteurs sur LinkedIn ne sont pas au même stade de maturité dans leurs parcours d’achat. Les nouveaux lecteurs d’aujourd’hui sont probablement les clients de septembre. A ce titre, je considère que j’ai « semé des graines » pour plus tard. Et gardez à l’esprit dans votre communication LinkedIn que tous les clients ne se manifesteront pas le jour même. Cela peut prendre du temps, mais les résultats seront au bout.

Et il ne faut pas oublier une forme de rentabilité indirecte. En communiquant régulièrement, j’entretiens un contact fort avec mes clients actuels qui sont déjà dans mon réseau LinkedIn. Qu’ils soient des clients fidèles ou des prospects avec lesquels un dossier est à l’étude, une présence régulière me permet d’entretenir ce contact. Ainsi, ils n’oublient pas qu’un projet est en cours et je peux également leur permettre d’approfondir des sujets relatifs à la communication digitale. L’impact est difficilement mesurable, mais il est réel.

Agence de communication digitale

Dans le top 3 de mes posts LinkedIn, cette publication parlant de stratégie digitale. Un très bon moyen d’apporter de la valeur à mes contacts et à mes clients.

Condition n°2 pour publier tous les jours sur LinkedIn : si je ne saoule pas les gens

Certains des clients de Connecto que nous accompagnons sur leur stratégie et leurs publications sur LinkedIn et qui publient une fois par semaine nous disent parfois qu’ils ont l’impression de saouler les gens. En publiant sur LinkedIn une fois par semaine, même en sachant exactement quand publier sur LinkedIn, il n’y a clairement aucun risque. Mais en publiant tous les jours, le risque est cette fois-ci réel.

Un post LinkedIn par jour, cela signifie que vous occupez une place parfois importante dans le fil d’actualité des utilisateurs LinkedIn, et il faut reconnaître qu’une fraction des utilisateurs LinkedIn s’intéressera moins à votre contenu, une autre fraction encore sera sûrement exaspérée. C’est le jeu. Mais tant que votre taux d’engagement et la portée de vos posts LinkedIn ne s’effondrent pas, c’est que vous restez sur une bonne dynamique, donc concentrez-vous sur les utilisateurs qui s’intéressant à vos posts LinkedIn et travaillez vos publications à fond pour rester qualitatif. Et dans l’ensemble, j’ai constaté de très bons retours et des personnes qui ont même indiqué que je faisais désormais partie de leur quotidien. Oui, cela a demandé beaucoup de travail, mais les retours critiques ont été à la hauteur. Finalement, chaque utilisateur a sa propre façon de consommer le contenu sur LinkedIn : certains liront tout, d’autres vous diront ouvertement qu’ils ne lisent pas tout car il y en a un peu trop, d’autres encore ne s’y intéressent qu’avec une attention très limitée. Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde… Mais dans l’ensemble, ma communauté m’a dit ne pas avoir été agacée et avoir plutôt apprécié l’expérience. Ce qui est plutôt rassurant.

Taux d'engagement LinkedIn

Mon taux d’engagement LinkedIn est resté à de très bons niveaux. Le point bas correspond à un post viral, la baisse est donc logique.

Condition n°3 : mieux préparer ma communication sur LinkedIn

C’était le sujet abordé dans l’épisode 5 : les erreurs que j’ai faites dans ma communication sur LinkedIn ont généré trop de stress et de fatigue pour que j’envisage de refaire cette expérience dans les mêmes conditions. Mais en préparant soigneusement mon contenu et en prenant le temps de tout programmer et d’anticiper, j’estime qu’il est utile et justifié que je continue.

Telle est donc la conclusion : oui, je vais continuer de publier tous les jours sur LinkedIn. Non sans observer d’abord une période de latence qui me permettra de me préparer au mieux, car cela demande un travail difficilement concevable vu de l’extérieur. Nous verrons à la fin de l’année si les résultats ont suivi.