Comment bien choisir ses mots-clés en SEO ?

Qu'est ce qu'un cocon sémantique en SEO ?

Si vous avez compris les notions de longue traîne et de courte traîne, vous avez déjà une idée des mots-clés qui vous permettront de générer du trafic qualifié. Maintenant, il va falloir identifier la totalité des mots-clés qui peuvent être pertinents par rapport à votre domaine d’activité. Prenons l’exemple d’un vendeur de chaussures en ligne : on pourrait imaginer qu’il est pertinent que ce vendeur soit en première place de Google sur le nom de toutes les marques et toutes les chaussures qu’il vend dans la boutique. Mais on peut aller beaucoup plus loin en pensant à tout l’univers de la chaussure : les produits d’entretien, les chaussettes, les lacets, le vocabulaire technique de la chaussure et ainsi de suite. Cela vaut pour tous les métiers. En résumé, chaque métier, chaque spécialité possède un vaste champ lexical qu’il convient d’identifier dans sa totalité. Ensuite, nous devons identifier si ce champ lexical correspond à une requête sur Google. Identifier ces thèmes, ces mots-clés et cet univers lexical revient à construire un cocon sémantique. C’est un prérequis important car il permet de savoir exactement toute l’étendue des mots-clés et des requêtes sur lesquels vous pourrez essayer de vous positionner à court ou à moyen terme.

Cocon sémantique SEO

Le cocon sémantique en SEO, obligatoire ?

Travailler son référencement naturel en SEO sans cocon sémantique, cela revient à faire de la navigation sans carte ni boussole. Vous n’avez aucun repère, aucune information qui vous permettra de savoir si vous allez dans la bonne direction. Le cocon sémantique (aussi appelé carte sémantique) vous permet de toujours savoir si votre texte web ou votre article web contiennent des mots-clés ou des requêtes qui sont pertinentes par rapport à votre domaine d’activité et par rapport aux requêtes sur lesquelles vous voulez apparaître en première place de Google

Analyser ses mots-clés

Quels logiciels pour analyser ses mots-clés ?

Il existe de nombreux logiciels qui vous permettront d’analyser des mots-clés, avec de nombreuses informations techniques (volume de recherches mensuelles, KD, CPC). Parmi ces logiciels, le plus accessible est Ubersuggest. Outil gratuit mais très limité (dix recherches par mois avant que vous ne deviez souscrire un abonnement), il vous permettra au moins d’avoir une première idée générale sur le volume de recherches de certains mots-clés et de poser un début de carte heuristique. Ubersuggest reste toutefois limité car certaines recherches de longue traîne dont le volume de recherches mensuelles est parfois trop faible. C’est donc un outil intéressant pour débuter, mais qui devient vite très limité pour travailler son référencement naturel de façon approfondie. L’un des logiciels les plus utilisés du marché est Semrush.  Ce logiciel est extrêmement complet et donne accès à une base de données quasiment illimitée de mots-clés, de requêtes et d’informations. Logiciel spécialisé pour le référencement naturel, il faudra toutefois payer une licence (au moins 900 €) annuelle pour y avoir accès. Et une formation en référencement sera nécessaire pour en tirer le maximum tant le logiciel est complet. Serpstat est une alternative à Semrush. Un peu plus accessible, sa base de données de mots-clés est moins riche car plus concentrée sur les mots-clés en anglais. Serpstat est donc à ce jour un peu plus limité s’il est question de travailler le référencement naturel d’un site francophone.

Qu'est ce que le KD (Keyword Difficulty) ?

Le KD, ou Keyword Difficulty, est un indicateur utilisé en référencement naturel. Il permet à l’expert SEO de savoir s’il est difficile ou non de se positionner sur un mot-clé. Exprimé en pourcentage, il nous permet d’identifier des mots-clés sur lesquels un client pourra être positionné plus facilement et plus rapidement. Plus on s’approche de 100%, plus il sera difficile de se positionner dans les meilleurs résultats sur une requête. Prenons un exemple : le mot-clé « cocon sémantique » possède un KD de 68.57%. Cela peut paraître élevé. Comparons maintenant avec le mot-clé « référencement naturel » dont le Keyword Difficulty (KD) est de 75.07%. Cela signifie qu’il est beaucoup plus difficile d’atteindre la première place sur Google sur la recherche « référencement naturel » que sur la recherche « cocon sémantique ». Pour terminer notre démonstration, le mot clé « Apple Store » affiche un KD de 93,69%. Il sera donc quasiment impossible de vous positionner sur cette requête. Autant abandonner cette requête et trouver des mots-clés dont le KD sera plus faible.

Travail pour référencer ses mots-clés

Comment améliorer son réferencement naturel sur les mots-clés ciblés ?

Cela passe principalement par de la rédaction web. La rédaction web est un élément constitutif de votre stratégie de référencement et une agence SEO sera en mesure de vous conseiller, tout comme un rédacteur web. Pour tout savoir sur la rédaction web, nous vous invitons à vous reporter à notre page sur la rédaction web où tout est détaillé.

Un article SEO = une requête clé ?

Lorsque vous rédigerez un article web ou que vous travaillerez le contenu de votre site internet, vous devez vous fixer à chaque fois l’objectif de vous positionner une un mot-clé ou une requête : c’est l’objectif de ce contenu que vous allez créer. En référencement naturel, cela signifie choisir une requête clé. Si vous rédigez un article web sur les cannes à pêche, on peut supposer que votre requête-clé sera le mot-clé « canne à pêche ». Mais votre stratégie est peut-être de vous positionner sur le mot-clé « hameçon » et dans ce cas-là, votre contenu sera orienté en fonction de cette requête-clé. 

Le cocon sémantique pour accentuer le référencement naturel

Une fois que vous avez créé votre cocon sémantique et analysé les mots-clés, cela vous permettra également d’avoir une bonne vision concurrentielle : quels sont les mots-clés de courte traîne ou de longue traine qui semblent intéressants, quels sont ceux qui affichent un KD assez faible tout en permettant de générer un trafic suffisant et qualifié ? Fort de ce constat, vous serez en mesure de sélectionner une liste principale de mots-clés sur lesquels vous estimez qu’il est nécessaire et utile de vous positionner et d’atteindre les premières places sur Google. C’est ainsi que vous serez en mesure de choisir les bons mots-clés pour votre activité et de travailler votre référencement naturel intelligemment.

Les mots-clés de longue traîne pour compléter le cocon sémantique

On estime qu’environ 20% des requêtes saisies sur Google chaque jour n’ont jamais été saisies auparavant. C’est dire si le champ des possibles ne cesse de s’élargir. Et même si des logiciels comme Semrush sont très complets, leur base de données ne peut disposer d’informations sur des requêtes qui n’ont jamais été saisies par les internautes. De fait, à vous d’être imaginatif et d’essayer d’anticiper des recherches que des internautes pourraient effectuer et sur lesquelles vos « mots-clés inédits » vous permettront de vous positionner rapidement en première place et de bénéficier d’un petit avantage sur vos concurrents.